+44 793 301 5304 (discussion de texte)

Contraceptifs injectables

Contraceptifs hormonaux injectables

Les contraceptifs hormonaux injectables sont des médicaments purement progestatifs dont le mécanisme d’action est similaire à celui des pilules pour les mères allaitantes, des implants, etc.

La substance active (médroxyprogestérone) pénètre dans la circulation sanguine de façon continue pendant trois mois à partir du moment de l’injection, puis une deuxième injection est nécessaire. Le site d’injection est le muscle fessier ou deltoïde (“dans le cul” ou “dans l’épaule”).

Mécanisme d’action des contraceptifs hormonaux injectables

Mécanisme d’action :

  • suppression de l’ovulation ;
  • augmentation de la viscosité de la glaire cervicale (ce qui rend difficile le passage des spermatozoïdes dans la cavité utérine et au-delà) ;
  • altération de la croissance de l’endomètre (incapacité à implanter un ovule fécondé).

Le principal mécanisme d’action est la suppression de l’ovulation en inhibant la production d’hormones hypophysaires, qui devraient stimuler la croissance du follicule.

Qui peut prendre des contraceptifs hormonaux injectables ?

Les injections et autres contraceptifs progestatifs sont idéaux pour les femmes dont l’exposition aux œstrogènes est indésirable (notamment pendant l’allaitement). Le principal avantage des injections par rapport aux comprimés (combinés ou purement progestatifs) est la durée d’exposition au médicament et l’absence de nécessité d’une surveillance quotidienne.

Avantages :

  • Une méthode de contraception très efficace ;
  • L’effet est réversible (la plupart des femmes peuvent tomber enceintes dans le premier mois suivant l’annulation) ;
  • Elle ne nécessite pas de surveillance de la part du patient ;
  • Ne nécessite pas d’attention lors des contacts sexuels ;
  • Il peut être utilisé chez les femmes de tous âges (celles qui ont accouché ou non) ;
  • Il peut être utilisé chez les femmes qui allaitent. Ce type de contraception n’affecte pas la qualité et la quantité du lait maternel et le développement de l’enfant pendant l’allaitement.

Inconvénients :

  • Les injections ne protègent pas contre les IST ! Lorsque l’on choisit ce mode de contraception, il est nécessaire d’utiliser un préservatif lors des contacts avec un partenaire nouveau/instable/inexploité ;
  • Très souvent, il y a des pertes irrégulières (fréquentes, chez certaines patientes permanentes) ;
  • Certaines patientes présentent une aménorrhée (absence totale de menstruation), ce qui n’est pas dangereux pour la santé mais psychologiquement inconfortable pour de nombreuses patientes.

Effets secondaires possibles :

  • augmentation de l’acné,
  • augmentation de la chute des cheveux,
  • troubles du système de coagulation,
  • réaction au site d’injection (douleur, rougeur), etc.

Complications possibles lors de l’utilisation de contraceptifs hormonaux injectables :

Les complications sont communes à toutes les injections :

  • rougeur,
  • douleur,
  • compaction au point d’injection,
  • rarement – la formation d’un abcès.

Contre-indications :

Contre-indications strictes :

  • Grossesse

Il est également déconseillé en cas de :

  • thrombose (artérielle et veineuse) et thromboembolie actuelle ou dans l’anamnèse ;
  • présence d’anticorps contre les phospholipides ;
  • migraines avec symptômes neurologiques focaux ;
  • tumeurs malignes hormono-dépendantes avérées ou suspectées ;
  • tumeurs hépatiques bénignes ou malignes actuellement ou dans l’anamnèse ;
  • formes graves de maladies du foie ;
  • hyperbilirubinémie congénitale ;
  • hypertension artérielle non contrôlée ;
  • saignement du vagin d’étiologie peu claire.

Médicaments avec lesquels une combinaison d’injections est indésirable :

  • Inhibiteurs de protéase renforcés par le ritonavir (traitement du VIH) ;
  • Anticonvulsivants (phénytoïne, carbamazépine, barbituriques, primidone, topiramate, oxcarbazépine) ;
  • Rifampicine, rifabutine (antibiotiques ; utilisés principalement dans le traitement de la tuberculose).

Examens avant de commencer les injections

Il n’y a pas d’examens obligatoires ! Supposons par exemple qu’une femme n’est pas enceinte et que tous les examens habituels (examen sur une chaise, test PAP, échographie des glandes mammaires/mammographie) ont été passés. Dans ce cas, il est inutile de procéder à des études supplémentaires. Avant l’injection, les seules informations utiles sont le poids de la femme et son indice de masse corporelle. Ces informations permettront de contrôler l’apparition d’effets secondaires.

Le début de l’utilisation des contraceptifs hormonaux injectables :

La première injection peut être faite n’importe quel jour du cycle si la grossesse est exclue. Pour les femmes qui allaitent, la première injection peut être faite immédiatement après l’accouchement (l’injection est considérée comme sûre un mois après l’accouchement, mais une injection plus précoce est également possible). La première injection peut être faite immédiatement après l’avortement.

Lors du passage d’une méthode de contraception à une autre, la première injection peut être effectuée immédiatement après la fin de l’utilisation des contraceptifs précédents (il n’est pas nécessaire de faire une pause d’un mois).

Des contraceptifs supplémentaires ne sont pas nécessaires lorsqu’ils sont injectés dans les sept jours suivant le début du cycle menstruel. Lors de la première injection, plus tard que sept jours après le début des menstruations, il est nécessaire d’utiliser des méthodes de contraception supplémentaires dans les sept jours suivant le moment de l’administration. Si l’injection est effectuée après l’accouchement, il est également nécessaire d’utiliser d’autres méthodes de contraception dans les sept jours à compter du moment de l’administration (si l’injection est effectuée au cours des six premiers mois sans cycle menstruel et avec un allaitement exclusif ; et également si moins de 21 jours se sont écoulés après l’accouchement, indépendamment de la présence d’un allaitement, des méthodes supplémentaires ne sont pas nécessaires). Lors de la première injection immédiatement après l’avortement, une contraception supplémentaire n’est pas nécessaire ; si plus de sept jours se sont écoulés depuis l’interruption de grossesse, il est nécessaire d’utiliser d’autres méthodes de contraception pendant sept jours.

Surveillance et prise en charge des patients après l’administration d’un contraceptif injectable

Des visites supplémentaires chez le gynécologue (en plus des examens annuels de routine) ne sont pas nécessaires pour les femmes utilisant des contraceptifs injectables.

En cas d’effets secondaires dont le médecin n’a pas averti, il est nécessaire de consulter un gynécologue.

Injections répétées

Les injections répétées doivent être effectuées tous les trois mois.

S’il est nécessaire de faire une injection plus tôt (par exemple, une femme part pour une longue période, et le moment d’une nouvelle perfusion tombe au moment du départ), elle peut être effectuée à tout moment avant l’expiration de l’intervalle de 3 mois.

Si la réinjection a été retardée, il est important de savoir combien de jours plus tard la réinjection a été faite :

Si le retard est inférieur à deux semaines, aucune méthode de contraception supplémentaire n’est nécessaire ;

Supposons que le retard soit de plus de deux semaines. Dans ce cas, il faut s’assurer qu’il n’y a pas de grossesse avant et après l’injection et utiliser des méthodes de contraception supplémentaires pendant sept jours.

Réinitialiser
Injection de Depo Provera - your-safe-abortion.com

Depo Provera

Depo Provera en ligne aux États-Unis, en Europe, dans le monde entier

Depo Provera comprend la médroxyprogestérone 150mg/mL

34$

Ajouter au panier
Nexplanon - your-safe-abortion.com

Nexplanon

Nexplanon en ligne aux États-Unis, en Europe, dans le monde entier

Nexplanon comprend de la médroxyprogestérone 150mg/mL

34$

Ajouter au panier