+44 793 301 5304 (discussion de texte)
Abortion in a first pregnancy. Your-Safe-Aborton.com

Avortement lors de la première grossesse

Est-il dangereux de se faire avorter lors de ma première grossesse ? Et si oui, quelles sont les complications possibles ? L’infertilité est-elle possible après mon premier avortement ? Puis-je tomber enceinte après mon premier avortement ? L’avortement chirurgical ou l’avortement médical est-il la meilleure méthode pour interrompre une première grossesse ? Est-ce que quelqu’un (médecins, membres de la famille) peut découvrir plus tard qu’il s’agissait d’un avortement ?

Nous allons essayer de répondre à ces questions fréquentes et à bien d’autres dans cet article.

En effet, la plupart d’entre vous, femmes et jeunes filles, ont entendu l’expression selon laquelle la première grossesse doit se terminer par un accouchement. Est-ce exact ? A la fois oui et non. Ce message est apparu pendant l’apogée des techniques d’avortement instrumental – dans les années 60 et 70. Qu’est-ce qui rendait la première grossesse à haut risque d’avortement provoqué, surtout à un jeune âge (moins de 25 ans) ?

Énumérons ces facteurs :

  • Pendant la grossesse, le corps de la femme subit des changements globaux à tous les niveaux et dans tous les systèmes. Un arrêt brutal de la progression de la grossesse peut souvent entraîner des déséquilibres hormonaux difficiles à traiter.
  • L’épaisseur de l’endomètre (la muqueuse interne de l’utérus) d’une jeune femme à naître est faible, donc pendant la procédure de curetage (nettoyage), il y a un risque d’endommager les couches plus profondes de l’utérus, ce qui peut ensuite empêcher une grossesse normale de se dérouler.
  • Avec l’avortement instrumental, il y a toujours une infection qui pénètre dans une cavité utérine à risque, auquel cas un processus inflammatoire infectieux apparent ou latent se déclenche après la procédure. L’infection inadéquate ou sans traitement est une complication post-avortement grave avec une cause importante comme l’infertilité.

Ces facteurs sont toujours d’actualité pour une technique d’avortement instrumentale telle que le curetage (populairement appelé “nettoyage”).

Le temps passe vite, et les progrès ne s’arrêtent pas. Dans les années 70, la méthode d’aspiration sous vide s’est largement répandue. Au début des années 90, une technique véritablement révolutionnaire, appelée aspiration manuelle sous vide (AMV), qui est essentiellement une aspiration manuelle sous vide simplifiée, a fait son apparition. L’utilisation du vide pour extraire les produits de la grossesse de la cavité utérine a permis de réduire considérablement le risque de lésion de l’endomètre pendant un avortement ainsi que le risque d’infection et d’inflammation.

Le développement de médicaments pour inhiber le développement de la grossesse et les analogues de la prostaglandine utilisés pour induire les contractions utérines ont ouvert une nouvelle page, sûre, dans les techniques d’avortement. Cette page s’appelle l’avortement médicamenteux. Cette méthode ne nécessite aucun travail instrumental et exclut l’invasion de l’endomètre ou l’introduction d’une flore pathogène à risque dans la cavité utérine.

Ainsi, avec l’arrivée de l’avortement médicamenteux (pharmacologique, par pilule et non chirurgical) dans la pratique gynécologique, l’expression “la première grossesse doit se terminer par un accouchement” n’est plus applicable.

En effet, tout avortement est une énorme charge hormonale pour le corps féminin, tous systèmes confondus, l’interruption de grossesse sans dommage. Chaque couple doit utiliser des méthodes contraceptives fiables. Stiсвя, s’il s’agit d’une grossesse non désirée, surtout si c’est la première grossesse sur le compte et les moins de 25 ans, la méthode de choix est l’avortement médical.

Et maintenant, pour répondre à toutes les questions présentées au début de l’article.

Est-il dangereux de recourir à un avortement lors d’une première grossesse ?

Si l’on a recours à un avortement médical, il n’y a pas de corrélation entre les complications de l’avortement et le nombre de risques dans le décompte.

Et si c’est dangereux, quelles sont les complications possibles ?

Le taux de complication est faible, ne dépassant pas 10-15%. Plus d’informations ici.

L’infertilité est-elle possible après mon premier avortement ?

Si aucune complication grave ne survient pendant et après l’avortement, c’est presque impossible. Les complications graves se produisent dans un ordre de grandeur inférieur au nombre total mentionné dans le paragraphe ci-dessus.

Puis-je tomber enceinte après mon premier avortement ?

Bien sûr. La capacité de reproduction est restaurée dans la plupart des cas par le cycle menstruel suivant. Quelle est la meilleure méthode pour interrompre une première grossesse ? Si vous êtes enceinte de moins de neuf semaines, l’avortement médical est la méthode de choix, car elle est la plus douce pour le jeune corps. Mais il est, bien sûr, bien mieux d’éviter une grossesse non désirée.

Quelqu’un peut-il savoir plus tard (médecins, proches) qu’il y a eu un avortement ?

Supposons qu’aucune dilatation instrumentale du canal cervical n’ait été utilisée lors de l’interruption de grossesse, et que la grossesse ne date pas de plus de neuf semaines. Dans ce cas, aucun spécialiste ou machine ne pourra déterminer s’il y a des antécédents d’avortement.